Voir la version en ligne
Akselis RH

Newsletter Akselis – sept 2017 – Réforme du Code du Travail : que prévoient les ordonnances?

 

L’actualité des Ressources Humaines

Réforme du Code du Travail: ce que prévoient les ordonnances

Le Gouvernement a présenté le contenu de ses ordonnances le 31 août aux organisations syndicales, et le Conseil Constitutionnel a validé la loi d’habilitation. Tour d’horizon des principales mesures de la réforme du Code du Travail (parmi 36 mesures) :

  • simplification et renforcement du dialogue social :
    • création d’un Comité social et économique (CSE) dans les entreprises à partir de 11 salarié,
    • dans les entreprises de plus de 50 salariés, ce CSE fusionne les DP, CE et CHSCT,
    • dans les entreprises de plus de 300 salariés, et dans certaines activités à risque, mise en place d’une Commission santé sécurité conditions de travail,
    • par accord majoritaire, possibilité de fusionner les instances représentatives avec les délégués syndicaux, la nouvelle instance s’appellerait Conseil d’entreprise et serait compétente pour négocier,
    • référendum d’entreprise : l’employeur pourrait demander l’organisation d’un référendum pour valider un accord signé par les organisation syndicales représentatives ayant recueilli plus de 30% des suffrages (possibilité réservée aux syndicats jusqu’ici)
    • la règle des accords majoritaires (signés par les OS ayant recueilli plus de 50% des suffrages) est avancée au 1er mai 2018 (la loi Travail prévoit actuellement septembre 2019)
    • possibilité dans les entreprises de moins de 50 salariés, lorsqu’il n’y a pas de délégué syndical, de négocier un accord sur tous les sujets avec un représentant du personnel, élu par les salariés.
  • faciliter la négociation collective dans les petites entreprises :
    • dans les entreprises de moins de 11 salariés, et dans celles de 11 à 20 dépourvues de DP, l’employeur pourra soumettre à référendum un projet d’accord. Celui-ci devra être approuvé à la majorité des deux tiers du personnel.
  • la sécurisation des relations de travail :
    • la réforme du licenciement économique (périmètre d’application, critères d’ordre et reclassement, délai maximum d’1 an pour les salariés licenciés pour saisir les prud’hommes),
    • un barème d’indemnités prud’homales (uniquement pour les licenciements sans cause réelle et sérieuse),
    • en contrepartie, augmentation de 25% des indemnités légales de licenciement : elles passeront à 1/4 de mois de salaire par année d’ancienneté au lieu d’1/5 actuellement,
    • pour éviter les erreurs de procédure, un formulaire indiquant les droits et devoirs de chaque partie sera communiqué par décret.
  • l’articulation précisée entre la négociation de branche et d’entreprise, avec la définition de « blocs » pour lesquels la primauté de la branche ou de l’entreprise serait indiquée.
  • simplification du compte pénibilité:
    • et notamment la suppression de l’obligation de déclarer 4 facteurs : manutentions, postures pénibles, vibrations mécaniques, risques chimiques.
  • télétravail : projet de mieux le sécuriser et l’encadrer, notamment par une prise en charge des accidents du travail dans les mêmes conditions que ceux survenant dans les locaux de l’employeur.
  • CDI de chantier : les branches pourraient par accord autoriser le CDI de chantier réservé au secteur du BTP.

Ces projets d’ordonnance sont soumis à avis de différentes instances consultatives courant septembre, et devraient être adoptées en Conseil des Ministres  le 22 septembre 2017.

Les arrêts importants:

Cette rentrée chargée ne doit pas pour autant nous faire passer à côté d’arrêts intéressants cet été:

  • forfait-jours : un système de suivi auto-déclaratif renseigné par le salarié (dans un logiciel des temps) satisfait aux exigences posées en matière de protection des salariés en matière de santé et repos, à partir du moment où le suivi régulier de la charge de travail est fait par le responsable hiérarchique, notamment au cours d’un entretien annuel  (Cour de Cassation, 22 juin 2017, n° 16-11.762)
  • accord collectif – égalité : un accord collectif peut réserver un avantage aux femmes au nom de l’égalité des chances, en l’espèce une demie-journée de congé à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes (Cour de Cassation, 12 juillet 2017, n°15-26.262).

SYNTEC : revalorisation des minimas de salaire au 1er juillet 2017.

Audit, mise en conformité et assistance RH. Les Ressources Humaines, un  levier de performance durable d’entreprise.

« Akselis, Accélérateur de performance RH »,

marque d’Impulsion RH.

www.akselis.fr

Estelle FONTAINE +33 6 79 65 89 02

 

 

 





Partagez cette newsletter :

À lire également

Offre de poste RRH

  Offre de poste de RRH pour un client révolutionnant le monde de la...

actualités décembre

Le mois de décembre est celui des formalités de fin d’année, c’est aussi le...

Préparez 2015 !

Compte Pénibilité, Réforme de la Formation Professionnelle, Base de Données Unique, êtes-vous prêt?
Top